www.gilles-zimmermann.com

 

A propos de (ma) musique

 

 

Je ne prétends pas du tout être exceptionnel, c´est ce monde qui est à l´envers. Alors, étranger, oui, je suis, mais en tant que compositeur et musicien, ma maison, c´est une scène quelque part.

 

J´aime beaucoup de genres musicaux, mais quand je joue, je fais le mien parce que c´est le seul moyen d´être authentique, mes racines françaises me font repousser les règles aussi loin que possible, mais tout en restant modal, rythmé mais pas seulement, entre les mondes, c.a.d. les cultures et les époques, mais aussi surtout faisant le lien entre spirituel, psychique et physique.

 

La plupart du temps instrumental parce que je ne suis pas particulièrement doué pour écrire des textes, ce qui m´arrange bien vu que les textes en général ont l´ennuyeuse caractéristique de réactiver divers boutons hypnotiques, tels que l´éducation, les medias et la vie sociale en général ont implantés en nous, nous faisant croire que ce sont nos propres choix, alors qu´en fait elles visent à la crétinisation. En passant, si vous ne l´aviez pas déjà remarqué, ce texte n´est pas écrit au niveau de sixième imposé par la communication "mainstream" moderne.

 

Ouvert d´esprit, ou plutôt ouvert à l´Esprit, j´essaye d´initier des idées à travers ma musique, en accompagnant l´auditeur vers ses propres idées, en le surprenant et ouvrant de nouvelles "dimensions" au passage, sachant que le monde entier baigne dans cet Esprit, mais que la plupart ignore (a oublié en fait).

 

 

J´entends ma tâche comme de montrer un chemin de retour vers l´Infini, et c´est pourquoi ma musique est littéralement remplie de concepts et de symboles, une musique de film sans film qui offre la même liberté qu´un livre où le lecteur se fait ses propres images (ou pas). La plupart de mes idées viennent de mes découvertes en métaphysique.

 

 

Je comprends la nécessité du marketing d´avoir un "public cible", mais comme mes auditeurs ont entre 8 et 70 ans, et que tous déclarent être heureux d´avoir fait l´effort de  découvrir ma musique (oui, ce n´est pas de  la musique de fond pour le resto), je choisis donc le terme "crossover" (tous publics) pour l´instant. Ou encore : "Open-minded music", musique ouverte à l´Esprit.

 

 

Musique ouverte à l´esprit ?

 

 

Je pourrais aussi la définir comme néo-classique maximaliste. parce qu´elle ouvre et combine de nouvelles idées avec une expérience sensuelle. J´entends l´Esprit, pas l´âme.

 

 

Néo parce que plutôt nouvelle

 

 

Classique parce que j´utilise l´harmonie classique, avec un équilibre entre rythme, harmonie et mélodie, mais l´exception que je mets les divers instruments sur un niveau égal en qualité, comme par exemple, je vais utiliser une ligne de basse qui aura sa  fonction de stabilisation de l´harmonie, mais tout en lui permettant de participer aux mélodies. Classique aussi parce que je ne peux pas vraiment utiliser le mot "traditionnel", car que peut faire le "juste" si les bases sont détruites ?

 

 

Maximaliste, parce qu´elle tend ("isme“) à maximalizer les effects désirés (renvoyer à l´Infini est-il assez maximaliste ?). Maximaliste dans la mesure où si j´entends une mélodie apparaître par la coïncidence de plusieurs autres, je n´hésiterai pas à la rendre encore plus manifeste, même si je dois en ajouter une à 4 autres (écoutez ma composition „The City“, avec jusque 12 lignes synchrones et sans accords).

 

 

L´avantage étant qu´on pourra découvrir de nouvelles choses même après plusieurs années d´écoute (et quand c´est en concert, l´improvisation est aussi prise en compte et en multipliera les possibilités). Maximaliste parce qu´une idée va être développée jusqu´à son terme, sans égard à la durée obligatoire des 3 minutes imposées en radio avant la prochaine publicité, ni à la soi-disant capacité d´attention limitée de nos contemporains.

 

 

 

Le style c´est l´homme, et en aucun cas l´essence de l´art

 

 

A.K. Coomaraswamy

 

 

Michel bougie 600 - DSC00382

 

 

Mais la musique, pour être véritable, doit être jouée vivante (live), car la musique enregistrée a perdu ses éléments essentiels.

 

La musique suppose en effet des musicien(s), qui jouent sur des instruments (idéalement acoustiques), ET un public, à un certain moment et un lieu particulier.

 

Quand l´un de ses éléments vient à manquer, la musique est au mieux figée, au pire un sacrilège (elle risque même de toucher à la nécromancie, comme dans le cas des musiques transhumanistes faites à l´ordinateur et utilisant l´échantillonnage - sampling). Malheureusement, je suis obligé d´enregistrer ma musique pour donner aux gens une idée de ce qu´elle est, mais je trouve important qu´ils sachent que ce  n´est pas la véritable. Désolé, on vit une époque formidable, n´est-ce pas ?

 

 

 

Musica sine metaphysica nihil

 

 

 

Qu´est-ce que ci que ça que c´est ?

 

D´autres vous l´expliqueront beaucoup mieux que moi (je recommande les écrits de Jean Poncet), mais un petit aperçu semble nécessaire. Le mot (méta-physique = "au-delà de la nature“) peut sembler absolutiste ou supérieur, ça l´est, en effet. Mais seulement parce que ce sujet a été jeté avec l´eau du bain par l´illusion de la vie ordinaire moderne, et savamment désinformé.

 

 

 

Bade-.kind2 sepia

vous aussi ?

 

 

Pour ceux qui attribuent encore quelque réalité à la métaphysique, c´est au mieux un vain passe-temps philosophique mondain, au pire un alibi pour justifier une croyance quelconque souvent héritée d´une confusion entre le spirituel et le psychique.

 

C´est pourtant une connaissance extrêmement utile et pratique pour chacun, particulièrement quand il s´agit de manifester de la musique ou n´importe quel art (être humain est un art). En particulier ici, la métaphysique permet d´établir une hiérarchie des émotions humaines et leurs nuances, pour mieux garder le contrôle de l´effet bénéfique pour l´auditeur.

 

Il n´y a pas d´incertitude en métaphysique, elle permet de comprendre et d´expliquer tout ce dont on a besoin, même si parfois ce n´est pas très agréable (mais en avait-on vraiment besoin ?). Approcher de la vérité permet également de comprendre et corriger les erreurs.

 

Cette connaissance du Principe (la Cause Première - au singulier) est toujours accessible à quiconque s´y intéresse, puisqu´elle est en dehors du temps, et donc même un esprit "préhistorique" a pu la comprendre et l´utiliser.

 

 

ou un enfant

 

Bébé Gilles Zimmermann vers sepia- 2 1100